FIDÉLITÉ & OUVERTURE
Inscription à la
lettre d'information
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|
|

Unis sur l'essentiel

Le Groupe F. et O. à Monteils (Aveyron) 1978

L'essentiel, c'est notre foi au Dieu de la Révélation qui veut refaire l'Histoire humaine, et notre propre histoire, par Israël, par Jésus-Christ, par l'Eglise ; c'est donc le Credo tel qu'au cours des temps il a été défini dans l'Eglise de façon permanente et continue.

L'essentiel, c'est la vie spirituelle et la morale chrétienne qui puisent l'une et l'autre leur lumière et leur force dans le Décalogue et dans les béatitudes, dans les Ecritures, dans la vie de l'Eglise, en Jésus-Christ.

L'essentiel, c'est le culte de la Parole de Dieu, - donc la lecture, selon la Foi, d'abord et en premier lieu, des Ecritures, mais aussi des écrits des Pères, des Docteurs et des Saints.

L'essentiel, c'est l'économie sacramentelle, telle que la tradition de l'Eglise et des Conciles l'ont reçue du Christ, l'ont gardée, développée, précisée, et c'est en particulier le sacrement de Pénitence, le sacerdoce ministériel que certains défigurent et parfois nient ; et avant tout le Saint Sacrifice de la Messe.

Photo prise en 1978  -  à g. l'Abbé Bagnard (futur évêque de Belley-Ars) - au centre : l'Abbé Carmignac - à dr. l'Abbé Madec (futur évêque de Fréjus-Toulon )

L'essentiel, c'est la place, dans la vie chrétienne, de la Vierge, des martyrs et des saints, qui dès l'origine ont aidé des générations de fidèles à vivre leur foi.

L'essentiel, c'est l'obéissance, selon la Foi et selon le Droit canonique, au Pape et aux Evêques qui, en communion avec lui, transmettent la Foi catholique et au besoin savent la défendre ;

L'essentiel, c'est former, par le pardon mutuel et par la charité, un seul corps et une seule âme, unissant, comme l'enseigne Saint Paul - Juifs et Gentils, maîtres et esclaves, chrétiens de droite et chrétiens de gauche, car il n'y a qu'une seule Eglise, qu'une seule Foi, un seul Christ.

Dernier point essentiel : le Concile Vatican II. Mais nous protestons contre une interprétation abusive de Vatican II qui, au nom d'un vatican III mythique, autorise toutes les perversions. Vatican II doit s'interpréter en fonction de tous les conciles qui l'ont précédé et plus profondément en fonction de la foi permanente qui anime l'Eglise, l'ouvre sur l'avenir et suscite les Saints et les Docteurs. L'avenir de l'Eglise ne dépend pas d'abord des hommes, mais de l'Esprit qui nous interroge et peut faire de nous des Hommes nouveaux. Nous sommes donc pour l'ouverture et pour la fidélité mais nous savons que la Foi nous enseigne qu'entre l'ouverture et la fidélité, il y a une tension, parfois le martyre, toujours l'épreuve secrète de la Croix.

Retour en haut de la page